La Vraie Vie

On est jamais mieux servi que par soi même.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tabernak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tabernak
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 06/09/2007
Age : 34
Localisation : Vignoux sur Barangeon

Feuille de personnage
Statut: Volontaire
Devise: Je me souviens...
Age: 20 ans

MessageSujet: Tabernak   Sam 8 Sep - 21:36

• Prénom : Paul
• Nom : Hambudi
• Surnom : Tabernak
• Taille : 1m80
• Poids : 71 Kg
• Cheveux : Brun
• Yeux : Bleu de l’Ibad
• Date de naissance : 02/03/1983
• Origine : Berrichon
• Etat civil : Célibataire
• Signes Particuliers : Une tâche de naissance en forme d’œil sur l’avant-bras gauche.
• Métier (s'il y a lieu) : Chômeur
• Talent hors normes : Imbattable au pérudo.

• Famille : Une sœur qui habite à Bourges. Les parents étaient partis chez elle quand Vierzon a été rasé. Je n'ai pas eu de nouvelles depuis.

• Description Physique :
De corpulence moyenne, jamais rasé de près, les cheveux longs, des lunettes rondes (voir avatar).
• Qualités : Logique, Relativement calme (faut pas pousser, quand même).
• Passions : Les jeux vidéos, le pérudo, la lecture, l’harmonica.
• Défauts : Grincheux.
• Peurs et dérangement : Les araignées (Gyaaah !).
• Vos Idoles : Terence Hill et Bud Spencer.


• Biographie : Né en 1983 dans une famille de la classe moyenne, deuxième et dernier enfant. Une sœur, Maya, de 2 ans plus agée.Aucune explication n'a pu être donné à mes parents quant à la couleur de mes yeux. Il existe bien des techniques de body art pour donner ce genre d'effet, mais il n'y a pas de précédent au naturel. En tout cas, il semble que ça n'ai aucun effet néfaste sur ma santé. Scolarité, jusqu’au collège à Mehun sur Yèvre, puis à Vierzon au lycée Edouard Vaillant. Elève plutôt moyen dans l'ensemble. Un peu en marge à cause de mes yeux. Rien d'extravagant, quoi.

• Votre avis sur les évènements de Vierzon :
1er jour : Depuis que je suis sorti de cette cave, tout a changé. Il y a quelques heures encore, je décidais d’aller piller du vin chez un voisin de mes vieux, et quand je ressors, tout est en ruines. Je comprend pas trop. Et l’autre qui me dit que je suis enfermé là-dedans depuis sept jours. Il m’a proposé d’aller au camp organisé dans les jardins. Faut encore que j’y réfléchisse… et que je fume une clope.

3ème jour : Je commence à me faire à la situation. Pour l'instant, il est hors de question que je quitte la ville. Je vais suivre le mouvement et voir ce qui se passe. Tout ce qui me rassure, c'est que mes parents soient en sureté chez ma frangine, elle aussi saine et sauve. Enfin, j'espère... Parce qu'à l'extérieur, ils ignorent peut-être tout d'ici, mais nous, on n'en sait pas beaucoup plus sur l'extérieur.

• Comment ça s’est passé :
« Putain, mais qu'est-ce que c'est que ce bordel? »

J'étais dans une cave en train de piquer quelques bouteilles de pinard. J’en avais quand même ouvert une pour goûter, puis une deuxième pour être sûr et enfin une troisième pour le retour, quand l'ampoule avait claqué et que la porte s'était violemment refermée. Seule la lumière d’un trou que je devinais comme le puit d'aération filtrait encore. Pourtant, j'étais dans un noir total, impénétrable. Et depuis déjà un bon moment. A tâtons, j’avais cherché le mur où mes clopes étaient posées mais il n’y avait plus rien. Même le plafond avait disparu. Et voilà des heures que je marchais avec, pour seul but, cette source lumineuse.

« Pourquoi elle se rapproche pas, cette satanée lumière ? Ca fait des plombes que je cours après et j’ai pas l’impression d’avoir avancé ! Et puis c’est quoi cette cave ? Putain, c’est fini, j’arrête la picole !»

Las et sur les nerfs, je m’arrêtais pour m’asseoir en tailleur. J’entendais le tic-tac de ma montre mais l’obscurité restait impénétrable. J’aurais du en acheter une à cristaux liquide. J’aurais pu l’allumer pour savoir quelle heure il était. Ou alors un briquet qui fonctionne. Décidemment, avec le vin de cette cave, ça fait trois mauvais choix aujourd’hui. Il y a des jours comme ça où l’on devrait rester couché.

Et me voilà comme un con, là, à ne pas savoir quoi faire.

« MEEEERDEEUUUUX !!! »

Un coup sourd résonna dans mon dos me relevant en sursaut. Puis un deuxième. Au troisième coup, la porte de la cave s’écroula. La lumière ampli la petite pièce me révélant que je n’ai pas bougé d’un pouce. Les trois cadavres de bouteilles gisent à mes pieds. L’ampoule crépite mais éclaire correctement. Dans l’embrasement de la porte, une silhouette encore indistincte se dessina mais mes yeux ne sont pas encore accoutumés à tant de lumière.

« J’ai entendu crier. Ca va ?
- Non, ça va pas ! Ca fait des plombes que je suis coincé dans ce trou ! Alors, non, ça va pas !
- En tout cas, t'as eu de la chance d’avoir été coincé dans une cave. Ca fait sept jours qu’on recherche les survivants.
- sept jours ? Les survivants ? Qu’est ce que vous… non, d’abord il me faut une clope au grand air. J’en peux plus, là ! »

Je passe à coté du mec, gravi les huit marches et ma clope me glisse des lèvres quand Vierzon – ce qui l’en reste, tout du moins – m’apparaît. Un champ de ruines. Mais qu’est-ce qu’il y avait dans ce pinard ? Tombé sur le cul, je ramasse ma clope et, machinalement, sort mon briquet qui s’allume du premier coup. Va comprendre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tabernak
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vraie Vie :: Les Marionettes :: Les Gens-
Sauter vers: