La Vraie Vie

On est jamais mieux servi que par soi même.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Calme avant la Tempète.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raoul Bisot
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/09/2007
Age : 30
Localisation : Vierzon Paris

Feuille de personnage
Statut: Volontaire
Devise: Choisi ce que tu veut amener avec toi, car chaque chose t'alourdi.
Age: 18 ans

MessageSujet: Le Calme avant la Tempète.   Ven 12 Oct - 0:36

Raoul était assis en tailleur, suspendu en l’air et immobile, au milieu de la massive dalle de pierre où tronait le monument au mort, qui continuait de se graver de nom, lentement. Derrière lui, Eve et Jenny papotait, même si l’inquietude de la grande punk transparaissait toujours, elle se detendait un peu avec sa copine goth. Elle savait Courtney en sécurité tant qu’elle était avec ces deux la. Au bout d’un moment, Raoul parla.
-Il se passe rien !, Il avait aboyé ca, prouvant un enervement communicatif. Jenny et Eve s’était coupé dans leur discussion, mais reprirent sans plus d’attention que ca.

Raoul était agacé, il tournait en rond et sentait que tout le monde faisait de même. Comme il le disait, il ne se passait rien. Ils avaient tout fait pour ramener le calme et la civilisation en ville, et maintenant que c’était fait, il s’ennuyai. Comme si quelquechose ou quelqu’un devait arriver juste a ce moment, et était en retard. Quelqu’un expres pour mettre le bordel…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bandabruti.canalblog.com
Fernand Légion
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 16/09/2007

Feuille de personnage
Statut: Fernand Légion
Devise: un coup de pied plutôt qu'un coup de main
Age: 17 à priori

MessageSujet: pendant ce temps dans la foret...   Ven 12 Oct - 18:21

Trois teufeurs à piercings et capuches courent après un cochon.

-Magne ton cul Oreille, il est parti vers la clairière.
-Si tu l'avait pas lâché, il serait en train de griller, couillon.
-on va voir comment tu lui fait une clé de bras à ton cochon plein de boue et pleine nuit dans la foret.
-ah merde on l'a perdu ! vous chiez les mecs !

Le plus petit des trois se laisse tomber le cul par terre de dépit.
le temps de pousser un long soupire et le cri strident du cochon leur parvient d'un peu plus loin. Il se passe un temps avant qu'aucun des trois ne réagisse, il leur semble que le silence est d'un coup plus épais. ils se remettent à avancer par là tout de même.

-C'est pas un peu con de se pointer vers là où le cochon c'est probablement fait tué ?
-quoi ? t'as les foies Mickey ? nan il s'est probablement juste pété une patte dans une racine ou un truc comme ça...
-et puis si c'est un prédateur il aura un cochon à bouffer alors nous, il en aura probablement rien à foutre...
-T'as raison. De toute façon j'ai trop la dalle pour discuter. Allons saigner ce porc. Apres tout le mal qu'on s'est donné pour le chourrer ce serait balot de le laisser pourrir en forêt.
-La prochaine fois on fera comme les anciens, on piquera un émeu chez Pic et grain et on lui petera une patte, ça sera moins d'emmerde.
-Tu l'as dis, Finger lickin' gooood...

Ils parlent toujours quand ils appercoivent comme de la lumière dans une clairière en contrebas de la butte sur laquelle ils se trouvent, des torches semblent éclairer une espèce de campement rudimentaire (primitif est le mot qui leur vient à l'espit). En s'approchant discretement ils voient un homme torse nu, avec une paire de Ray Ban et un jean qui est en train d'attacher les pattes du cochon (leur cochon), visiblement assomé. Bien qu'ils aient fait le moins de bruit possible et qu'ils se tiennent à une bonne vingtaine de mètres de lui, il se tourne aussitôt vers eux.

-N'ayez pas peur ! J'ai attrappé votre cochon pour vous, vous m'en laisserez bien une petite part non ?

Les trois teufeurs se regardent et ils savent d'instinct que l'attrait de la viande, de la lumière et d'un bon feu aura raison de leur prudence et ce malgré la hache d'incendie posée par terre aux pieds de l'étranger...

-Heu bonjour, enfin bonsoir, on veut pas vous déranger, on a perdu notre cochon, et on se dit que ce serait sympa de le partager avec vous, si ça vous dérange pas...

Oreille est accablé par la réponse de son frère mais il ne dit rien.

-Mais y'a pas de problème les mecs, mi casa es tu casa ! si vous voulez rester dormir il va falloir faire une ou deux tentes de plus...

-pas de probleme on en a.

-Paaaaarfait, vraiment, j'ai deux ou trois potes qui vont nous rejoindre dans la nuit, maintenant reculez vous un peu je vais faire à bouffer...

Le mec saisi sa hache et d'un coup d'un seul la plante dans la tête du cochon avec un craquement assourdissant.

-Je m'appelle Fernand, et j'ai fait ce campement pour servir de refuge à ceux qui fuient et ceux qui s'emerdent. Soyez les bienvenues !

Il a du sang et de la cervelle de porc éclaboussé partou sur son torse et son jean mais son sourire carnassier fait penser aux trois teufeurs en même temps qu'ils le suivraient jusqu'à la mort et ce juste pour le fun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fernand Légion
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 16/09/2007

Feuille de personnage
Statut: Fernand Légion
Devise: un coup de pied plutôt qu'un coup de main
Age: 17 à priori

MessageSujet: bon bah faut bien poster...   Mer 14 Nov - 16:48

Dans la grande tente "du chef", Fernand est en réunion tactique avec ses lieutenants.
-Bien, mes deux agents libres ont été occupés et ont fait leur boulot, maintenant ça va être à vous d'entrer en scène. Il nous faudra agir vite pour pas que les hommes Lézard de la terre creuses aient le temps de réagir et ça, ça va pas être de la tarte au pommes, c'est comme ça j'vous le dit les gars.
Les cinq lieutenants comprennent: les trois teufeurs ( qui maintenant donnaient plus l'impression d'être des trappeurs survivalistes qu'autre chose ), Une fille à chapeau qui fume des cigarettes violettes et se balade avec une intimidante malette noire et enfin deux soeures jumelles à dreads et à salopette. Tous ont l'air perplexe. Fernand reprend.
-Quoi ? c'est les hommes lézards qui vous bloquent ? je vous en ait jamais parlé ? sacré moi ! Bon bah pour simplifier (houlà ça va être dur) sous l'antartique il y a un continent souterrain où il y a une civilisation cachée d'hommes qui ont évolué des lézards... oui je sais ... comment vous convaincre ? bon bah disont que je vous ai jamais menti pas vrai ?
Bon, quoi qu'il en soit, il faut qu'on aille à cet endroit et qu'on mette la main sur une relique de leur religion et ça pas leur plaire... Quoi ? pourquoi y'aurait une relique de l'antarctique à Vierzon city ? Ouais, je vois ce que tu veux dire ma ptite Lulu, en fait les lézards se sont répanddu sur le monde en se confondant aux humains. Mais je reviendrai là dessus. bon tout le monde à compris ? non ? bah c'est pas grave je paufinerai en chemin. Ce qu'on doit voler ? ah oui, c'est une étonnante boîte contenant, d'après la légende, une sorte de "patte d'ours magique", oui je sais mais quand on l'aura on sera content... je suppose..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fernand Légion
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 16/09/2007

Feuille de personnage
Statut: Fernand Légion
Devise: un coup de pied plutôt qu'un coup de main
Age: 17 à priori

MessageSujet: TE REVOILA !   Mar 15 Sep - 1:56

"BON, allongez le shota dans la grande tente, et allumez du feu, on va voir si on peut le faire reprendre conscience. T'as l'aspirine Caducéa ? Ah non elle est dans ma poche. Tiens, met lui en deux dans un verre il en aura besoin. Elle est passé où ta sœur ?
-C'est elle Caducéa, moi c'est Kundalini, elle change de T-shirt. Dans le whisky les aspirines, comme pour toi ?
-Nan, ça le tuerai. Si tant est que ça puisse mourir... de l'eau ça sera très bien, et ça fera plus d'alcool pour nous. Le bras a déja cicatrisé, c'est bon signe, son corps s'habitue ma présence..."
Fernand dit tout ça d'une voix monocorde et basse qui tranche avec son ton narquois habituel. Il pose une couverture sur le garçon et tourne les talons et saisi la bouteille de whiskey avant de quitter la yourte.
"Vous me prévenez quand il se réveille...
-Il se réveille, chef !"
Fernand se retourne et est confronté à la vision du garçon qui semble rayonner à mesure qu'il regagne conscience, son visage poupin prend une blancheur de porcelaine et ses traits sont semblables à une peinture d'angelot de la renaissance. Il y a bien longtemps que Fernand n'a pas vu une telle beauté douloureuse. Celà lui rappelle une époque lointaine, un temps où tout était tellement simple et en même temps tellement pauvre...
Le shota se redresse doucement, se frotte les yeux et, pris d'un hoquet vomit un flot de bile à côté du matelas. Ce geste familier et tellement humain tire Fernand de sa rêverie. Il lui tend l'aspirine.
"Bienvenue à la fin du monde, petit frère."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Statut:
Devise:
Age: Entre 12 et 14 ans physiquement

MessageSujet: Re: Le Calme avant la Tempète.   Mar 15 Sep - 18:29

La tête lui tourne et sans comprendre les réactions animant son enveloppe débile, voici l'angelot secoué d'un soubresaut. La douleur, diffuse, semble se propager et refluer tout à la fois en un va et vient sanguin qui manque le faire défaillir à nouveau.

Il se sent las. Las et tellement vieux... Paradoxe d'un esprit centenaire enfermé dans un corps d'enfant, un corps ayant si peu vécu. Sentiment d'abandon qui se répand jusqu'à son caractère teinté de crainte et de méfiance alors que ne subsiste plus que sa naïveté primitive.

Il s'empare du verre d'eau et malgré le goût âcre qui s'en dégage le boit en entier.


S'il avait été dans son état normal, sans doute Zack eût-il réagi différemment au "petit frère" lancé par cet inconnu... renversant. Mais à quoi bon s'attarder sur les possibles?

Son esprit telle une mer agitée, le corps nauséeux, l'envoyé des cieux ne comprenait pas. Une part de lui, trop lointaine pour qu'il en ait pleinement conscience, semblait se révolter à la simple idée de considérer cet ennemi du Seigneur comme un frère mais Zack était bon... Trop bon (trop con) même. La légende d'Eloa, il y croyait quasiment dur comme fer, et par conséquent pensait réellement que l'on pouvait sauver les déchus. Pauvre petite chose...

Il faut avouer une chose: il ne faisait pas le poids. Entre lui, simple pion des instances angéliques dénué de pouvoirs et l'antéchrist, nul doute qu'il perdrait en tâchant de combattre. Heureusement, Zack n'était pas d'une nature belliqueuse, et ce malgré le reformatage subi récemment. Quoiqu'il sentit par toutes les pores de sa peau (il n'était pas capable de regarder ce garçon en face) qu'il faisait face à un être dangereux, une "aberration que nous autres messagers de Yahvé devons éliminer afin de rétablir la paix et l'équité dans ce monde perturbé" comme l'auraient certainement clamé d'un air supérieur... ses supérieurs; quoiqu'il sentit donc tout cela, le "shota" ne pouvait s'empêcher d'éprouver envers ce damné une sorte d'amour mêlé de pardon et de pitié.

Tilt.
Il a dit fin du monde?
Oh non, catastrophe! Son visage se plie et se déforme en un masque soucieux et il tourne la tête vers son "sauveur" pour demander...
Tout du moins eût-il l'intention de demander quelque chose avant de rencontrer le regard de cette... entité. Il déglutit péniblement, pris encore une fois de vertige, et se recroqueville en une sorte de geste instinctif de défense.

"Pourquoi la fin...?"
demande-t-il d'une petite voix presque éteinte, l'air tout à la fois triste et égaré.

Nonononon il ne peut pas y croire. Dieu est éternel, Dieu lui-même leur a pardonné leurs torts et leurs péchés, preuve en soit des arcs-en-ciel. Ce ne peut pas être...
l'apocalypse. Nonononon impossible... pas alors que lui-même s'est retrouvé rétrogradé et n'a pas pu...
Attendez... mais pourquoi est-ce que je me soucie de moi? Est-ce que je deviendrais fou?!!! Il faut absolument répandre la parole de Notre Père, sauver le plus d'âmes et mener ces pauvres hères vers une vie insouciante et heureuse, il faut il faut il faut...
Et son coeur misérable de se serrer. Après tout, pourquoi les juger?

Oh non, ce n'est pas bon...il ne faut pas douter, il ne faut pas douter ilnefautpasdouterpasdouterpasdouter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fernand Légion
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 16/09/2007

Feuille de personnage
Statut: Fernand Légion
Devise: un coup de pied plutôt qu'un coup de main
Age: 17 à priori

MessageSujet: Hoïohohohihohiho   Sam 21 Nov - 22:48

"Bon et qu'est ce qu'on fait maintenant ?
-Ben rien, on attend.
-On attend quoi ?
-On attend la suite des événements. Pour vous ça veut dire du temps libre."
Les sous fifres de Légions le dévisagent avec sur le visage un air des plus bovin.
"Si vous savez pas quoi faire, allez chercher des fringues pour le petit. Moi je reste ici. j'ai a m'entretenir avec lui."
Les jumelles lèvent conjointement les yeux au ciel; exaspérées. Les teufeurs reprennent leur routine de cueillette de champignons.
Légion retourne dans la tente du convalescent qui ne cesse de trembler comme une feuille. Il est catatonique depuis son réveil, ça n'a pas l'air d'inquiéter Légion plus que ça.
"Bon, mon garçon, il va falloir que tu acceptes l'idée que je ne suis ni la cible facile que tu attendais, ni le parangon du mal qu'on a du te décrire là haut...
-pasdouterpasdouterpasdouter..."
Fernand pousse un soupir exaspéré.
"REPREND TOI, tu es sur Creation maintenant. Tu ne peux plus faire demi tour, tout lien avec tes supérieurs ont été rompus quand tu es rentré dans ce corps, il va falloir apprendre à faire sans."
Le jeune garçon est bouche bée. il n'a jamais entendu parler physiquement en Angélique et c'est comme si on lui avait ouvert une fenêtre sur ce qui, il le sait désormais, lui est à jamais fermé. Il fond en larmes. Fernand le prend dans ses bras.
"Hé ouais gamin, ça leur arrive de temps à autres, ils en abandonnent des comme nous dans ce dépotoir. Je pensais qu'ils avaient juste lâché l'affaire et fait autre chose ailleurs, mais si tu es là c'est la preuve que non. On leur fera payer, petit frère. On leur fera payer..."
Fernand se lève, attrape sa hache et sort de la tente. Dehors zak entend le frottement régulier de la pierre à aiguiser sur le métal. Ce bruit âpre qui le terrifiait encore hier, le rassure désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Statut:
Devise:
Age: Entre 12 et 14 ans physiquement

MessageSujet: Re: Le Calme avant la Tempète.   Mer 25 Nov - 23:17

Si larmes il y eût, il faut croire qu'elles n'étaient point tant une preuve tangible de désespoir qu'un flot d'émotions mal jugulées charriant dans ses dérives aussi bien doute que peur ou vertige. Quelle est la vérité?
A défaut de pouvoir jamais répondre à cette question de manière absolue, je tâcherai dans les lignes qui suivront de dresser un portrait plus ou moins arbitraire de la situation.

L'un des pouvoirs du malin est de semer doute et désordre dans les esprits les plus démunis. Or, la réorganisation psychique du cerveau de Zack lui avait enlevé une bonne part de ses moyens et le rendait particulièrement sensible et vulnérable à toute manoeuvre visant à le remettre en cause. Néanmoins, sa foi, elle, était restée étincelante et pure, tout à la fois source de force et de fragilité, mélange d'aveuglement et de clarté.

Et ces bras qui l'entourent...! Rien ne saurait décrire la collision de deux mondes surnaturels et sacrés faits chairs incarnées, collision que sa némésis semblait vouloir transformer en collusion sans même se soucier de savoir ce que l'angelot pourrait trouver à y redire. Puisque la compréhension des sensations déchirant le pauvre envoyé des cieux de l'intérieur échappera forcément à nos esprits mortels, je propose de passer directement à ce qui s'ensuivit.


Zack fut pris d'une révélation. Cette hache que l'on était en train d'aiguiser... Il allait lui couper les ailes! C'était sûr, certain même! Il devait prévenir ses supérieurs que le dénommé Fernand Légion disposait de quelques troupes éparses et avait cherché à s'allier l'émissaire divin, sans doute pour gonfler un quelconque bataillon. Oh oui, il n'était peut-être qu'un pion sans grand pouvoir, mais il venait de le prouver: il pouvait résister. Patiemment, avec cette obstination de fourmi, il attendrait... Il attendrait de reconquérir ses facultés, démontrant aux cieux qu'il était à nouveau digne de leur confiance et leur fierté. Alors il combattrait ce mal étrange répandant ses coulées de laves autour des maisons et infectant les demeures des apothicaires.

Tous ne peuvent _hélas, ô combien hélas!_ être sauvés. Aujourd'hui il en allait de sa vie, de son appartenance et son angélique dignité. Devait-il se sacrifier pour ne serait-ce que tenter de ramener ce garçon si profondément corrompu à la raison? Pure perte. Eloa... Eloa elle-même avait succombé! Que pourrait-il bien faire, lui, pauvre petit avorton sans puissance, misérable qui avait déjà avili son essence par le passé?


Il est des volontés qui parviennent à faire accomplir de grandes choses à leur dépositaire. En l'occurrence, malgré les divers bouleversements dont il avait été la proie et, oserais-je dire, la victime, le troufion de Yahvé réussit à calmer ses tremblements hystériques pour s'essayer à dénicher une échappatoire. Inconscient pendant l'aller, il n'avait aucune idée de la disposition du camp ni du nombre d'alliés dont disposait Fernand. Qu'importe, il se battrait jusqu'au bout!

Se laissant rouler au bas du matelas de fortune que son ennemi lui avait temporairement alloué, voici le malheureux petit se hasardant à une attitude roublarde, furetant sans (trop) de bruits autour de lui. Il jette un regard inquiet vers l'entrée de la tente et le bruit de sa possible damnation... rien, ouf. Trop de sons épars se mêlent dans l'atmosphère du... du matin? du soir? Combien de temps l'a-t-on laissé endormi? Et ces sens incontrôlés qu'il devra apprendre à maîtriser... la Terre fut-elle toujours soumise à ce brouhaha épars de civilisation entremêlé de nature? Y aurait-il des voix se détachant de cette nappe sonore? Peut-être soulever un pan du fond de la tente, juste pour voir s'il existe dans cette direction une échappatoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fernand Légion
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 16/09/2007

Feuille de personnage
Statut: Fernand Légion
Devise: un coup de pied plutôt qu'un coup de main
Age: 17 à priori

MessageSujet: Re: Le Calme avant la Tempète.   Dim 15 Aoû - 23:49

C'est le soir, le cochon grille maintenant au dessus du feu, sa graisse en fondant coule et tombe en crépitant sur les braises. Fernand inspecte le tranchant de sa hache l'air satisfait. Le rougeoiement du feu se reflète dans l'acier et dans ses yeux.
"-Bon ! il faudrait qu'il se passe quelque chose, là.
-Hoah l'autre hé, c'est pas toi qui a couru apres le cochon !
-Chef y'a le gamin qui essaye de se faire la malle !
-Boah, il ira pas bien loin tout seul au milieu des bois.
-Ouais, sauf qu'il a des ailes. Les jumelles, choppez-le m..."
Les deux soeurs apparaissent au même moment dans la clarté du feu, tenant chacune un bras de l'angelot qui bat furieusement des ailes. Fernand distingue la terreur dans ses yeux. Il se lève dos au feu, sa hache à la main? Zack ne distingue plus de lui qu'une silhouette noire dont le visage est sporadiquement à moitié illuminé de rouge par l'incandescence de la fraise de sa cigarette. Il s'avance vers lui.
"Relâchez le."
Les jumelles lâchent l'enfant qui trébuche et tombe.
Les trois teufeurs et les deux filles restent là sans rien dire. Seul le doux craquement des braises tient le silence en respect.
Fernand prend sa hache à deux mains et pose un genou devant Zack. Il lui tend l'arme et courbe la tête, lui offrant sa nuque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Statut:
Devise:
Age: Entre 12 et 14 ans physiquement

MessageSujet: Re: Le Calme avant la Tempète.   Dim 29 Aoû - 10:53

Zack était bon par nature. Or sa nature lui faisait ressentir, au plus profond de lui-même, le danger et le Mal que représentaient cet individu. Il avait le devoir de nettoyer la Terre de cette souillure et s'en savait incapable.

Le poids de la honte et du remord firent leur proie des frêles épaules aux contours enfantins tandis que se ternissait le regard déjà si noir du messager divin. Une sorte de prescience lui offrit la douloureuse compréhension de son statut, et c'est avec une sagesse pleine d'amertume qu'il accepta son sort. Un sourire mélancolique étira ses lèvres, et ses yeux se portèrent sur un monde qu'il avait eu l'illusion de croire sien: ses souvenirs.Il était incapable de tuer, quand bien même ce geste eût-il délivré une planète d'un fléau, et cela faisait de lui un instrument inutile. Et quoique tout "amnésié" se fût rebellé à l'idée de sa mémoire pillée et effacée, l'angelot était, quant à lui, bien trop endoctriné pour se révolter contre ses supérieurs.

Redressant le torse, posant sur la nuque offerte un regard plein d'une angélique douceur, Zack se sentit grandi et libéré en prononçant ces mots:
"Je te pardonne."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Calme avant la Tempète.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Calme avant la Tempète.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le calme avant la tempête [Intrigue 8]
» Le calme avant la tempête. [Solan & Luka]
» Le calme avant la tempête
» Le calme avant la tempête ?
» Le calme avant la tempête [Intrigue 8]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vraie Vie :: La Scène. :: Vierzon-
Sauter vers: