La Vraie Vie

On est jamais mieux servi que par soi même.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Champion à piller

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anatole Kim-Seong
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28
Localisation : Vierzon

Feuille de personnage
Statut: 87/100
Devise: Personne n'est coupable dans le chaos
Age: 18

MessageSujet: Le Champion à piller   Mer 19 Sep - 20:10

Ma vie était devenu un sacré enfer depuis la mort de mes parents et la destruction de la ville. En traversant les rues, je pensais que ce fut une quelconque apocalypse et pas moyen de savoir si ce n'était qu'a Vierzon vu qu'on était coupé du reste du monde. Pis j'ai pas d'réseau avec mon foutu portable. Je décidais néanmoins de ne pas me laisser abattre, au contraire, une nouvelle vie commence et je n'ai pas l'intention de la rater. Puis j'avais toujours une barraque, dans un sal état certes, mais toujours habitable.

C'est donc avec une certaine motivation que je decide d'aller piller le champion à deux pas de chez moi... J'suis pas foncièrement mauvais non, mais mon esprit chaotique et simplement l'instinct de survie me poussait à aller chercher des vivres, j'ai pas d'tunes donc j'me débrouille comme je peux.

Bref j'arrive devant le champion, il est 1h24 du mat' selon mon portable (la batterie est presque déchargée) et la nuit est parfaite : on y voit que dalle à 3 pas devant soi. Sauf que le champion, je le connais par coeur tant que même dans le noir complet je trouverais ce que je veux. Mais quand même j'ai fais l'effort d'apporter une lampe torche, la vieille machine que j'avais pour la colo ou j'bossais cet été. Mais comme j'suis pas un crétin, comme j'avais idée de piller j'ai aussi apporter de quoi me défendre au simple cas où...

Ainsi une bonne barre de ferraille dans la main, je pète la porte d'un coup violent, tant pis pour les éclats de verre et tant pis pour le bruit (L'entrée principale étant bloqué par un rideau de fer, relativement endommagé je dois dire). Je me dis que je suis surement pas le seul à être venu ici et je suis sur le Qui-Vive prêt à réagir à n'importe quelle agression, d'ailleurs non : S'il devait y avoir un problème j'étais bien décidé à être l'agresseur. Manger ou être Mangé, tel est la loi lorsque l'anarchie règne.

"Sandwich..." Ouais c'est le premier truc qui me vient à l'esprit, j'ai la flemme de bouffer un truc très consistant, je me dirige donc vers le rayon des sandwich. Je m'arrète, il me semble entendre un bruit.

Finalement non, je reste sur mes gardes mais pas non plus parano. Hop, un Maxi Jambon-Emmental-Crudités par terre. J'ai la dalle, ouais, ça fait longtemps que j'ai pas mangé, j'ai jeuné toute la journée. Donc j'ouvre l'emballage et j'me fais plaisir en l'avalant rapidement.

"J'boirais bien un truc..." Et c'est en chantonnant que je reprends ma barre de fer et que je me prépare à sautiller gaiement vers le rayon boissons non-alcoolisées...


Dernière édition par le Mer 19 Sep - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TWB
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28
Localisation : Vierzon

Feuille de personnage
Statut: Lycéen
Devise: Arbeit macht Fleisch
Age: 18

MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Mer 19 Sep - 20:50

"Putain, y'a des bouts de verres partout... Y'en a a qu'on des manières super démocratiques d'entrer là-dedans, on dirait moi avec la mini-superette à coté de chez moi..."
J'en en essayant d'enjamber les bouts de verres, mes frusques sont déjà assez niquées comme ça. Merde, j'suis pas l'seul, y'a du bruit dans l'coin. Bon, déjà, ça a pas l'air d'être un guet-apens, notre énergumène est assez loin d'être discret... C'est loind 'être le premier à venir ici, le magasin a déjà été pillé, mais même pas trop en fait. Les bruits sont lointains, il doit être au font, rayons boissons, parce que j'pense pas que ça soit la cosmétique qui l'interesse franchement. Je m'approche, ma lampe dans une main, la clé à molette dans l'autre, j'suis pas fou non plus.

Bon, j'me lance, j'appelle:
"Y'a quelqu'un ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anatole Kim-Seong
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28
Localisation : Vierzon

Feuille de personnage
Statut: 87/100
Devise: Personne n'est coupable dans le chaos
Age: 18

MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Mer 19 Sep - 21:07

TWB a écrit:
"Ya quelqu'un ici ?"
J'entends cet appel... est-ce un piège ? Si vraiment c'en est un ce mec est vraiment crétin. Je décide d'éteindre la torche et d'empoigner pleinement la barre de ferraille. Ca va chier... hum... Une bouteille de Vodka... un Briquet... Tic-Tac Tic-Tac.
Ca va faire une combo... brûlante !

La lampe dans la poche, L'arme de ferraille dans la main droite et la bouteille d'alcool dans la main gauche, puis furtif et rapide je traverse les rayons en direction des allumettes et autres briquets. Briquets d'ailleurs y'en à directement aux caisses donc j'en taxe un au passage puis me fond dans le rayon fromage et produits laitiers... *Putain ce que ça pue*

*Bon.. ya au moins un autre pecno* Il s'agit de faire gaffe, surprendre ou être surpris ça risque de faire la différence. L'autre ne reste pas à sa place, sûr s'il ne m'a pas vu il m'a au moins entendu, c'est une sorte de chasse qui s'annonce. Je reste sur place, mon mystérieux chasseur se déplace, j'en déduis qu'il est dans un rayon parallèle, parfait à pas de loups je me déplace vers le rayon en question.

Je vois l'ombre au bout du rayon, elle se tourne vers moi. Elle me pointe de sa lampe, en cadeau elle reçoit une bouteille qui éclate à quelques mètres. Je ne l'ai pas visé sinon j'aurais fait un effort pour ne pas me raté, mais bon le sol est devenu glissant et surtout il devient carrément inflammable... Il est troublé et le seul instant ou il a devié son rayon lumineux pour observer ce qu'il s'était passé j'avais sorti ma lampe et le pointait.

C'est dans un soupire énervé mais néanmoins montrant que je suis rassuré que j'annonce
"C'est que toi... tu m'a fais flippé. T'es de Vaillant aussi non ? J'ai oublié ton prénom par contre..."

Bon peut-on vraiment considérer ça comme un agresseur ? On verra bien; au pire des alliés j'en aurais besoin s'il peut en être un c'est bon a prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fernand Légion
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 16/09/2007

Feuille de personnage
Statut: Fernand Légion
Devise: un coup de pied plutôt qu'un coup de main
Age: 17 à priori

MessageSujet: y'a plus de Läger ?!   Jeu 20 Sep - 2:56

Torse nu, laissant traîner négligeamment le bout de sa hache à incendie par terre avec un petit bruit métallique sinistre, Fernand se dirige lentement dans le noir vers la source du bruit. Après ces quelque bières tièdes, son cigarillo puant entre ses dents, il lui monte une vieille soif d'ultra violence. Arrivant dans l'allée centrale il apperçoit au niveau du rayon junk food la lumière de la lampe torche d'un gamin qui, lui, ne l'a pas entendu. Fernand s'arrète un rictus invisible aux lèvres, il pose sa bière sans bruit et prend sa hache à deux mains.
Il avance encore de quelque pas et voit dans le rayon un deuxième gamin, un asiat'.
Fernand n'avance plus, il s'accroupit, pret à bondir mais les deux ados commencent à papoter. Merde, c'est raté pour le trip stalker invisible, autant parlementer...
Salut les niais ! il vous reste de la bière ? nan pasque j'en ai plus voyez...
En voyant Fernand sortir des ténèbres torse nu, tout sourire et une hache à la main, les deux ados font une drôle de tête. L'un d'entre eux ouvre la bouche pour dire un truc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anatole Kim-Seong
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28
Localisation : Vierzon

Feuille de personnage
Statut: 87/100
Devise: Personne n'est coupable dans le chaos
Age: 18

MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Jeu 20 Sep - 3:16

-"Wow Putain..."Lachais-je dans une expression des plus étonnés. Après l'gamin à la clé anglaise voici un taré torse-poil trainant une hache... Pourquoi pas après tout ?
"D'la bière hein ?" C'était avec un large sourire que je répetais niaisement la question. J'acquiesse d'un signe de la tête en direction du rayon alcool avant de reposer le regard sur le punk. Il faut dire que mon regard jonglait entre ce type louche et sa hache qui en faisait un type encore plus louche.

"Fais comme chez toi mec, de toute façon ici c'est pas les flics qui viendront nous faire chier... Par contre si tu veux tu peux nous aider, à plusieurs ça ira plus vite" Je regarde au sol, la flaque de vodka à coté des deux energumens.
"Ramenez-vous par là, parce que ça la vodka et moi... ça fait aimants à polarité inversé "
L'autre jeune execute et viens se poser plus prêt, finalement sûrement ne suis-je pas si dangereux que ça... du moins pour l'instant.
"J'comptais ramener un Caddy de dehors pour faire les courses en gros si vous voyez ce que j'veux dire. Ce sera surement plus pratique que d'emmener ce que nos seuls bras peuvent, au pire comme on est trois on peut prendre deux caddy pis on ira s'poser et boire un coup et bouffer tous ensemble dans un coin peinar"

Devant l'air pas trop convaincu des deux pèpères je rajoute :
"Nan parce que cette histoire ça craind, j'capte rien de ce qui s'est passé et la survie c'est mieux à plusieurs" Sans plus attendre je me dirige vers la sortie que ce soit d'accord ou pas, je m'en fou j'vais chercher le caddy de toute façon devant le fait accompli en général les gens font pas chier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Jeu 20 Sep - 3:54

La dalle... ça devait faire des heures que je ne faisait que m'imaginer devant une bonne poëllée de röstis, mais je ne me faisais pas d'illusions: les français ne savent pas les faire. Non en fait le problème principale c'était qu'il n'y avait pas de resto pour en faire, et vu le souk ambiant, inutile d'imaginer utiliser quelque chose devenu aussi abstrait que l'argent. J'aurais peut-ête dû chercher quelqu'un pour m'aider, mais la dernière fois que je l'avais fait, ça m'avais coûté la bécane de mon frangin. Tant pis, je m'excuserai dès que je le reverrai. Au moins j'ai pu sauver mon sac et mon casque, certes pas commestible, mais potentiellement utile au cas où quelqu'un d'autre voudrait encore me braquer.

Enfin, dire qu'il y a pas si longtemps que ça j'aurais eu des remords à me faufiler dans un magasin pour piquer de la bouffe... Mais la situation était un peu différente et de toute manière si personne se servait, la plupart des trucs pourriraient inutilement alors... Je ne cherchais même pas à me cacher en entrant, convaincue d'y trouver au pire des cas un ivrogne en train de recracher des monstrer munch dans un coin. Pas de bol, dès mon entrée me voilà nez à nez avec... C'est qui ce type là?

"... Mieux à plusieurs."

Ce sont les seuls mots que j'ai entendu, mais ça voulait aussi dire qu'il y avait plus d'une personne. Bon Dieu, champion avait donc autant de clients que ça ou c'était l'heure de la bouffe? La surprise m'a fait sursauté et j'ai pas traîné pour m'écarter, reserrant malgré moi la main sur la sangle du casque que je tenais. Il avait l'air normal, ce type, pas comme les punks qui m'avaient braqué ma bécane. Heu... La bécane du frangin plutôt. Enfin peu importe. D'un ton négligeant, je lançais un...

"Faîtes pas attention à moi, je passe en vitesse prendre quelques bricoles."

Ils laissent passer ou me bloquent le passage, je m'en fous. Quoique lorsque j'ai remarqué le type à la hache plus loin, j'avais subitement une folle envie de tourner les talons et de courir loin d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Jeu 20 Sep - 20:57

Crissement strident, je laissais sur le bitume une longue trainée noiratre, celle ci même crée par le freinage de ma Harley.
Pour une fois que j'étais partis pour le week end, il fallait qu'il arrive quelque chose à mon club.. et à toute la ville entière à vrai dire. Mon appart et ma bagnole avaient bien évidemment été réduit en miettes, heureusement que ce Kevin... ou... Steven? Qu'importe, heureusement donc que ce gars, dans sa grande générosité, m'avait refilé sa béquane.. bon il avait été un tout petit peu résistant. Si peu.
Je descend, retire les clefs et agrippe avec mes bottes la béquille quelque peu tordue de l'engin. Je glisse la tête en dehors de cette immonde casque et parcourt ma tignasse hirsute avec dégout. A croire que ce genre d'accessoire ne m'allaient guère.
Un coup d'oeil rapide, tandis que j'essaye de remettre en ordre quelques mèches éparses. Et je remarque donc, sans grand étonnement que le Champion a été honteusement vandalisé.

" Qu'elle bande de Kaïra"

Dis je, pénétrant par la vitrine défoncée. Toute de cuir vêtue, je mettais un peu habillée à l'arrache ce matin, ne portant qu'un simple débardeur blanc sous ma grosse veste noire. Bien sur, je ne sortais désormais plus sans mon petit chéri, un Tokarev, qui restait prés de ma ceinture cloutée. Mon permis d'arme quand à lui, je n'avais malheureusement pas pu le sauver des décombres.. et puis, de toute façon, qui se souciait - en ces temps troublés- de la loi?
Alors que je farfouille dans la poche de mon veston mon paquet de Marlboro et mon briquet rose bonbon, je demande, d'une voix mal assurée :

" Eh oh ?! Y a quelqu'un dans ce bordel? "

Attendant une éventuelle réponse, j'allumais ma clope, pendue à mes lèvres nues, pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
TWB
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28
Localisation : Vierzon

Feuille de personnage
Statut: Lycéen
Devise: Arbeit macht Fleisch
Age: 18

MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Jeu 20 Sep - 23:46

Je me contiens, je me retiens, je considère que tout celà n'est rien, mais non, c'est comme essayé de retenir la pression d'un Karsher avec les mains. Explosion, tout part:

"MAIS BORDEL, C'EST QUOI CETTE MERDE !!!
J'ME PRENDS UNE BOUTEILLES DE VODKA SUR LES POMPES, y'A UN GARS QUI DEBARQUE AVEC UNE HACHE GENRE JASON OU UN AUTRE FILM MOISI DU GENRE, ET MAINTENANT, Y'A DEUX GONZESSES QUI DEBARQUENT DE NUL PART, QUE PERSONNE A JAMAIS VU, ET QU'ARRIVENT LA, COMME UN CHEVEU SUR LA SOUPE...

calme-toi, y'a rien de grave, y'a pas(encore) mort d'homme... Juste cette étagère qui va rejoindre le paradis du mobilier car elle vient de recevoir un coup de clé à molette bien placé, pile au milieu... Des snacks et autres biscuits aperos volent un peu partout...

"Bon, je sais pas qui vous êtes en gros, ça m'importe peu, mais moi j'vais chercher ma bouffe que j'était venu chercher pépère, et j'vais me barrer de c't'endroit de dingue..."

Sur-ce, je vais chercher un cageot pas trop défoncé, je le bourre de boites de conserves(maïs et thon en majorité), quelques teilles de X-drink et de vodka et j'me dirige direction sortit devant la troupe qui me regarde d'un air médusé.

"Tchao le peuple, j'me barre de cette endroit de dingue. Si y'en a qui veulent me suivre et qui s'agitent pas trop, j'ai encore un peu de place dans mon chez moi, mais j'veux pas d'problème sinon c'est mon pied au cul. Au fait, moi c'est Valentin"

Je passe la porte du supermarché dévasté, il fait toujours noir, fais chier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Ven 21 Sep - 0:10

Crachat informe, je laisse quelques ronds de fumée sortir de mes lippes entrouvertes. Je crapote, gaspillant outrageusement des marlboro hors de prix, et alors? Je fume pour le style et surtout, pour que le manque se fasse un peu moins ressentir, ca fait déjà pas mal de mois que j'ai arrêté d'avaler.
Sourcil qui se hausse, alors que je venais de chopper un paquet de freedent près des caisses, voilà qu'un dégénéré pousse sa gueulante telle une déferlante.
Je l'observe, calmement, retenant un rire. Puis soudain, vient cette proposition ô combien alléchante, faut bien que je dorme sous un toit ce soir, et vu l'état des hôtels du coin...

" Hep hep mon grand où tu vas comme ça Valentin? "

Je m'approche de lui, main négligemment posée sur ma hanche, l'autre accrochée à la clope.

" Moi c'est Véra, j'dirais pas non pour squatter chez toi. Et si tu veux, j'te dépose même. "

Dis je en pointant ma béquane garée un peu plus loin. Peut être était ce dangereux.. Non, il a une bonne gueule, il m'inspire confiance. Et pour se faire, je gardais mes billes verdâtres ancrées dans les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Fernand Légion
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 16/09/2007

Feuille de personnage
Statut: Fernand Légion
Devise: un coup de pied plutôt qu'un coup de main
Age: 17 à priori

MessageSujet: et dire que j'étais venu chercher une ampoule au départ...   Ven 21 Sep - 4:30

Assis au rayon alcool et spiritueux, Fernand sirote la dernière bouteille de vodka noire tiède en se demandant quand l'obscurité et l'odeur de viande pourrie prendrait le dessus sur l'avidité des adolescents qui deferlent sans arret dans le supermarché désafecté.
Ils sont là, il parlementent, ils dragouillent allègrement dans l'odeur de putréfaction comme si de rien n'était.
Dans le noir total, sa hache toujours à la main Fernand se met à gueuler.

"Profitez de l'odeur de la chair, savourez la tièdeur des ténèbres car un âge de dévastation a commencé au dehors comme en ces lieux..."

Fernand se lève et laisse tomber sa bouteile vide qui se fracasse avec un son cristalin.
Il se met à marcher vers l'allée centrale et continue sa litanie démente à un volume plus raisonnable maintenant que le silence s'est fait. La hache qu'il traîne produit toujours une note métallique sinistre et continue en frottant contre le carrelage.

"...Ces lieux qui m'appartiennent par la loi du Praxis et que vous venez troubler. Je ne vous en veux pas, vous faîtes bien d'en profiter tant que c'est vivable pour votre fragile engeance..."

Du fond des ténèbres il lance un rire de dément qui semble ne plus s'arréter puis résonnant dans la cathédrale de consommation maintenant souillée et privée de sa rassurante lumière il hurle:

"Je suis le ver qui marche, la bête couronnée, le prédateur nocturne et je vous laisse une chance et un avertissement : Quittez ces lieux, car ceux qui y rentreront devront m'y rejoindre ou bien m'affronter..."

Et, tout bas, semblant venir de juste dérrière chacun des intrus...

"...sur mon terrain"

Le seul son qui suit est le raclement de la hache sur le carrelage qui semble venir de nul part en particulier.

Il fait subitement un peu plus chaud et l'odeur de chair pourrissante se fait plus forte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anatole Kim-Seong
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28
Localisation : Vierzon

Feuille de personnage
Statut: 87/100
Devise: Personne n'est coupable dans le chaos
Age: 18

MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Ven 21 Sep - 12:59

Alors les évènements qui se passèrent à ce moment m'ont un peu subjugués mais si j'me rappele bien dans l'ordre...

Je vois une nana rentrer, elle a de jolies cheveux et est assez mignonne je dois dire mais bon j'me contente d'un "Salut" à son encontre. Elle nous dit de ne pas faire attention à elle...
Soit, par contre une autre nana rentre genre bikeuse... ça lui va pas le cuir. Des gens louchent j'en ai vu pas mal cette soirée donc finalement je note pas vraiment.

"Heu... On se croirait sur un forum de discussion online..."
mouais j'dois dire que c'est le seul truc qui m'est venu à l'esprit.

Pis Valentin qui pète son cable : j'le comprends moi non plus j'aime pas quand on est trop... Plus ou est de fou moins il y a de riz. En l'occurence j'ai pas envie de partager mes grains de riz.

"Crétin... c'est bien beau de nous inviter mais là d'où tu viens c'est pas écrit sur ta gueule et tu m'as pas laissé de carte de visite..."
J'suis blasé ouais, cette situation c'est vraiment nawak. Donc j'oublie tout mes plans pour faire des provisions.

Mais c'est quoi cette odeur ? Une odeur nauséabonde commençait à envahir les lieux. Et l'autre taré qui commence un speech incompréhensible. Bien étrange soirée... si je récapitule :
à 1h30 j'me ramène pour "faire des provisions", Valentin se ramène. Jusque là même si je m'y attendais pas ça va. Cinq Minutes plus tard, un taré sort de l'ombre et se trimballe en faisant trainer une hache contre le carrelage du Champion. Hum... C'est pas très rassurant mais j'ai fais genre "ça m'étonne pas" comme ça yavait moins de risque de le vexer pis finalement il à pas l'air si méchant. Bon la nana mignonne qui s'ramène, j'laisse tomber ce passage pis enfin une autre nana qui s'ramène aussi et pis en moto, c'est à croire qu'on est dans une ville tout à fait normal...

"C'est pas vraiment ce que j'attendais de l'Apocalypse..."


Finalement je me répete une partie du speech du punk... "ceux qui y rentreront devront m'y rejoindre ou bien m'affronter" (j'ai une bonne mémoire sur ce genre de phrases étranges). Qu'est-ce qu'il veut dire par là ? Peut importe, j'prends un ptit cabbat rouge j'y insère le "minimum requis" (composé de beaucoup de sandwich) pis je me tire de ce lieu visiblement impie. En fait non, j'attends dans le hall, je voudrais en savoir plus sur ce type étrange mais pour l'instant mieux vaut rester prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Ven 21 Sep - 18:53

Ben il falait croire que les derniers événements avaient laissés des séquelles plutôt conséquentes sur l'état psychologie que certaines personnes. Enfin quoique... Le premier était plutôt sympa. Au moins il m'a saluée, ce qui était loin d'être le cas des autres. Les français n'apprennent donc pas les bases des relations sociales? Pas étonnant que certains banlieusards ont tout juste le q.i. nécessaire pour flamber des bagnoles. Désespérant. M'enfin je préfère ne pas faire trop de généralité. Ah ben la nana aussi avait la base des bonnes manières, dommage qu'elle en vienne à allumer sa clope. Je fronce le nez, décidément la fumée est toujours aussi dégueulasse. Fumer un pot d'échappement ne pourrait pas faire pire, mais au moins plus radical.

Peu importe. Je leur avais dit de pas faire attention, tout ce que je veux c'est de quoi bouffer les prochains jours. En m'attaquant aux boîtes de conserve, j'aurai de quoi faire mais... Ah ouais, y'a des ouvr-boîte. On trouve vraiment de tout dans ce genre de magasin. J'attrappe sans mal l'un d'entre eux et fait glisser mon sac de sport de mon épaule. Je l'avais pas vraiment beaucoup rempli à la base, et heureusement. L'ouvre-boîte va immédiatement dans la poche extérieure, le temps de jeter un coup d'oeil du côté de la bouffe. Les boissons? De la flotte serait pas mal venue. Avec des gens pareils, valait mieux garder les idées claires. Le type aux cheveux bleus se fait déjà rentrer dedans par la bikeuse de service. Sans faire exprès, je louche sur la bécane dehors. Ah non, c'est pas la mienne celle-là. En revanche la donzelle a raison sur un point, il est plus malin d'avoir un toit sur la tête pour dormir. Mais demander à un mioche qui pique sa crise, trop peu pour moi.

Je préfère poursuivre mon shopping l'air de rien, jusqu'à-ce que le type à la hache commence à scander ses paroles. Mouais, mes pensées précédentes sont justifiées. Surtout avec ses propos. En temps normal j'ignore royalement ce genre de type mais là le petit malin était armé. M'en fous, je tiens pas à entrer dans le slogan de fin du monde et de messie à deux balles. Même un prof d'uni prêche mieux que ça! Pourtant l'odeur qui commence à venir me file la nausée. La chaleur? Sans doute dû à mon propre stress. C'est aussi pour ça peut-être que ma main se serre encore plus sur la lanière de mon casque. Qu'il s'approche trop près et on sera vite fixé sur le degré de résistance de son crâne contre mon arme improvisée.

"Le prend pas mal, mais j'ai besoin de bouffe, et je préfère garder ma neutralité.L'appel des ténèbres a tendance à me laisser indifférente."

Je m'écarte de quelques pas, plus loin le long des étalages. J'ai horreur d'avoir l'impression de sentir une respiration derrière moi, mais le peu de lumière là-dedans commençait à me filer des sueurs froides.
Revenir en haut Aller en bas
TWB
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28
Localisation : Vierzon

Feuille de personnage
Statut: Lycéen
Devise: Arbeit macht Fleisch
Age: 18

MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Sam 22 Sep - 5:21

"Un tour en gros cube, non merci, j'propose juste un toit, j'suis pas du genre plan drague. Si vous voulez me suivre, c'est à pied, de toute façon, là ou on va, une moto peu pas rouler."
J'me tourne vers l'adolescent asiatiquee lui lance:
"Y'a pas qu'les filles qui peuvent être conviées, tu peux pv'nir aussi, faut juste faire un peu d'marche, environ 1km..."
Je pars les bras chargés de mon cageot, ma lampe callée de manière douteuse sur ce dernier afin de voir un minimum, j'me retourne pas pour voir si y'en a qui suivent ou pas, ils sont grand, j'pense qu'ils peuvent prendre une décision tout seul.
Un coup d'barre se fait ressentir, normal, j'ai pas dormi des masses, mais j'résiste, j'vais pas m'endormir comme une merde au milieu d'la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Monde
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 06/09/2007

MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Sam 22 Sep - 13:04

TWB et ceux qui vont avec lui, le trajet a pied dans Vierzon se passera dans le post "C'est moche une ville la nuit".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Sam 22 Sep - 15:16

Pouce et majeur rassemblés, j'envois balader mon mégot encore fumant un peu plus loin. Grand sourire colgate, je regarde l'adolecent, amusée plus qu'autre chose.

"Un plan drague ? "

Un rit, cristallin et mauvais qui à ces mots sort de ma bouche. Ce n'est même pas la peine de répondre, la situation est bien trop comique pour que je la prenne au sérieux.
Me détournant du jeune "effarouché", je pénétrais un peu plus dans le champion. Impossible que je me sépare de mon moyen de transport, car il est sur qu'à mon retour, il ne sera plus devant le magasin. Quitte même à dormir sous un pont ce soir.
Je décidais donc de prendre un sandwich club et un yop, histoire de me caller l'estomac, lorsque cette odeur, ô combien désagréable vint me chatouiller les narines.

" Putain, ca chlingue ici. "

Et je commence alors à percevoir la voix du taré qui trimballe sa hache. Instincitvement, ma main se porte à mon flanc, où mon Tokarev est acroché. Un coup d'oeil à gauche, un autre à droite... j'aime pas ça. Sourcils fronçés, je m'avance vers les caisses, à l'affût du moindre bruit, et surtout attentive à ce raclement désagréable. Point destabilisée, c'est pas la première fois que je rencontre un dingue.. Mais j'avoue que la dernière fois il n'était pas accompagné d'un objet métallique... Qu'est ce qu'il trainait d'ailleurs? Je voulais même pas le savoir, et je décidais de rejoindre la sortie avec le peu de vivre que j'avais récolté. Lorsque j'appercut le rayon gâteau... Il était un peu plus loin, et j'étais soudain confrontée à un dilemne... Oserais je m'avancer pour un paquet de petit lu sous peine de me prendre un coup par l'autre malade? Ou bien écouterais je ma conscience et mon instinct de survie qui me hurlait dans un tréfond de ma cervelle de me tirer de là au plus vite. Un gargouillement, celui de mon estomac fut dés lors interprété comme un signe du ciel.
Alors, je m'avancais vers le rayon confiserie, Sodebo et yop dans une main, Tokarev sorti dans l'autre, collée à ma cuisse. Respiration coupée, j'essayais de faire le moins de bruit possible et d'aller surtout, le plus vite possible.
Revenir en haut Aller en bas
Le Monde
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 06/09/2007

MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Sam 22 Sep - 16:16

La chaleur moite qui règne dans le champion ne cesse de grimper et devient étouffante, l'obscurité et la puanteur rendent la situation plus inconfortable encore.
Le bruit métallique de la hache est maintenant omniprésent et ininterrompu bien que si l'on tend l'oreille on peut parfois percevoir derrière comme des ricanement ou des cris d'animaux tout bas.
La lumière du jour qui perce par la baie vitrée du hall semble plus atténuée et glauque qu'il y a à peine quelques instants et même le rayon lumineux des torches à l'air d'éclairer un peu moins bien.
Il y a les bestioles aussi: tout d'abord on marche sur un truc qui croustille, on y fait pas attention, on se dit que ça doit être un miel pops rescapé du pillage ou une chips, puis on voit fugitivement le rayon de sa lampe torche traversé par un gros insecte, pas eu le temps de voir ce que c'était vraiment; et plus ça va plus on en croise. A bien y regarder ce sont pour la plupart de gros cafards, des blattes oranges et tranlucides qui courent sur les rayonnages, et, occasionellement, quelques larves blanches et grasses se tortillant dans les débris de nourriture à même le sol.
On en vient à se demander quoi éclairer avec sa lampe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Dim 23 Sep - 2:54

Ca sent pas bon Véra... pensais je aussitôt. Et je ne parlais pas que de l'odeur, mais aussi de l'ambiance...
La puanteur, ce raclement et ces rires infames que j'entendais derrière mon dos.. Je croyais que s'en était trop, mais non, voilà que du coin de l'oeil j'entrevoyais une blatte, puis deux, accompagnées de larves qui grouillaient un peu partout.
Un cri étouffé s'échappe de ma gorge dés lors nouée. Comme au ralenti, je laisse choir le sandwich et le yop, les billes exorbitées. Lentement, je recule, retirant machinalement, tel un automatisme, la sécurité de mon Tokarev. Les cheveux en un chignon mal fait attachés, c'est sur ma nuque dénudée que je sens une perle de sueur glacée couler. Le long de l'échine jusqu'aux reins, un long frisson me chatouille désagréablement...

- " J'aime pas ça... "

Je recule quelque peu, avant de faire volte face. J'osberve alors les insectes qui tout autour de moi s'ammoncellent... Et pourtant, je ne fuis pas. Quel étrange sensation. Au creux du ventre, une boule lentement se forme, celle ci même crée par l'anxiété et la peur grandissantes. Mais quelque chose m'empeche de quitter les lieux, comme une curiosité malsaine. Terreur et attirance, le tout forme une excitation qui m'envahit totalement.
Je devrais partir... Ca devient de plus en plus glauque, pensais je à nouveau en avancant vers la sortie, les yeux cependant scotchés à tout ce qui m'entourait, l'ouïe attisée par l'inconnu qui m'effrayait et qui bordel il faut l'avouer, me faisait vibrer.
Revenir en haut Aller en bas
Anatole Kim-Seong
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28
Localisation : Vierzon

Feuille de personnage
Statut: 87/100
Devise: Personne n'est coupable dans le chaos
Age: 18

MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Lun 24 Sep - 1:23

La lumière commençait à disparaitre dans ce lieu qui était desormais comme je le pensais : démoniaque. J'étais dans le hall d'entrée à coté de la boulangerie et pourtant quand je regarde derrière moi je semble être aspiré dans le magasin et la sortie s'éloigne de moi, pourtant je n'ai pas bougé d'un pouce.

Je me frotte les yeux, pourtant je ne rêve pas. Pire encore, des insectes pas beaux commencent à sortir de nulle part et à squatter le sol du magasin. Bon pire en fait non, les insectes j'dois dire que je m'en contrebalance comme c'est pas possible, ya juste les trucs jaunes rayés noir avec un dard que j'aime pas du tout j'dois dire que j'ai une sainte horreur de toute ce qui peut piquer a travers la peau, les seringues comprises...

Je me décide à m'engouffrer dans le magasin malgré le son devenu omniprésent d'une hache crissant contre le sol qui raisonne dans ma tête. Je cherche l'autre punk, ouais on va dire que j'me suis perdu dans le magasin que je ne reconnais que très mal. Silent Hill, c'est à quoi ça me fait penser et ça ne me rassure pas le moins du monde d'avoir fait ce rapprochement pourtant j'aime bien Silent Hill c'est cool comme jeu enfin bref c'est pas vraiment le moment.

Nul ne sait (à part moi) si je grimace à cause de l'odeur, de la chaleur, du bruit de hache ou de celui des vermines qui "croustillent" sous chacun de mes pas et de mes bonds de furreur. Nan nan, ça me plait pas, je cours : il faut que je trouve le type en question. Je ne lui ai même pas demander son nom. Il m'avait demandé de la bière, je vais voir dans le rayon boissons voir s'il n'y serait pas. Soudain je m'arrete net lorsque j'aperçois le prix affiché sur une étiquette : 666€. Etrange pour un paquet de couscous...
A mon grand effroi j'observe que TOUS les prix sur le rayon sont en train d'augmenter par unité, dizaine puis centaine pour tous atteindre ce prix alors que ce ne sont que des morceaux de papiers.

"L'Truc de..."
fou, c'est complètement fou et moi qui m'dit ça. J'suis paralysé et je ne sais pas qui de mes jambes ou de mes dents claquent le plus fort. En plus les murs ont laissés place à un papier peind d'un gout que je défininirais comme "à chier" genre murs vivants ensanglantés et rouillés à la fois ce qui ne veut finalement rien dire mais ce qui se passait là ne pouvait pas se passer. J'en déduis dans mon esprit totalement logique que... Je suis en train de cauchemarder et que donc j'peux en profiter pour faire nawak.

Sauf que ce qui apparait devant moi me donne une claque psychique et que je rêve ou pas, je vais devoir réagir :
Imaginez un bon morceau de viande de vache depessé attaché sur un crochet dans les chambres froides d'une cuisine. Le genre du truc ou il reste des pattes ouais. Sauf que là ce truc se tient incompréhensiblement debout devant moi, et il avance. Je sais pas ce qu'il me veut mais je me fou que ce soit un rêve ou pas, même dans un rêve je laisserais jamais ce truc m'approcher...

Je suis definitivement dans un Silent Hill.
{Baston} [Anatole] vs. [Viande de Vache Zombi sur Patte]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anatole Kim-Seong
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28
Localisation : Vierzon

Feuille de personnage
Statut: 87/100
Devise: Personne n'est coupable dans le chaos
Age: 18

MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Mar 25 Sep - 18:03

[baston] > Anatole is a winrar
-Conséquences- Systeme anti-incendie activé : Il pleut quoi -

Après un combat intense et violent, je me décide à retourner chercher ma barre de fer et aussi mon ptit panier rouge dans lequel j'avais mis toutes mes rations de survie. Je ne mets pas très longtemps à retrouver ce vieux morceau de ferraille déjà infesté de cafards et autre saloperies du genre. C'est dans une flemme incroyable que je décide de leur laisser leur nouveau jouet alors que me naissait en tête une idée en rapport avec ce que je venais de butter. Ainsi je me retrouve en suivant mes pas, au rayon cuisine et c'est avec un certain plaisir que je tiens en main un magnifique couteau de cuisine d'une taille convenable et dont le tranchant me parait plus que correct vu la fente que je me suis fait sur le doigt.

Bien, je l'attache a ma ceinture puis je décalle enfin une meche de cheveux collants qui me retombe sur le front, même le gel resistant à l'eau à finalement ses limites... J'aperçois une Nana entouré par des insectes, elle semble paralysée (de peur ?) finalement vu les conditions je ne pense pas que je sois obligé d'appliquer l'aide à personne en danger. La pharmacie, c'est ma prochaine cible surtout pour les painkillers et du fait que je sois persuader qu'il y a toujours des trucs interessants dans une pharmacie. Ensuite je viserais la boutique chinoise pour récuperer une arme blanche d'une taille plus convenable et enfin peut-être pourrais-je tenter une armurerie... Même si à mon avis ça ne servira à rien car soit elle aura déjà été pillée soit quelqu'un en aura fait son QG.

Il est l'heure de sortir et de se diriger vers la pharmacie, les bandages me seront d'une grande utilité quant au sang qui coule encore le long de mon visage génant mon oeil droit. Cela c'était calmé tout de même comparé à la perte de sang que j'avais eu en courant. Bouffer un truc serait surement une bonne idée et c'est ainsi que j'engouffre un sandwich MAXI sur le chemin pour rejoindre la sortie. Je suis sûr que ce calvaire est la faute de l'autre metalleux louche, si j'le croise je lui ferais la conversation mais là : J'ai mes priorités et je suis fatigué et bien affaibli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fernand Légion
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 16/09/2007

Feuille de personnage
Statut: Fernand Légion
Devise: un coup de pied plutôt qu'un coup de main
Age: 17 à priori

MessageSujet: oasis   Sam 29 Sep - 20:29

Fernand commence à se sentir un peu plus chez lui, ça faisait bien longtemps qu'il avait pas ouvert un portail et la dernière fois ça s'était moins bien passé.
Assis sur son trône d'obsidienne, Fernand se dit qu'a l'heure qu'il est le cercle doit s'être formé et ceux qui l'on rejoint ne devraient pas tarder à arriver ici puisque la sortie du champion a dû disparaître.
Autour de lui, en plein centre de ce qui fut un supermarché Champion se trouve le seul espace éclairé de l'endroit, des torches et un grand braséro d'où sortent en crépitant des flammes tournoyantes. Cette espace semble repousser les diverses vermines et l'odeur évoque plus le la viande grillée que la chaire en putréfaction.
Sirotant un liquide épais dans un verre sale, Fernand voit arriver devant lui une jolie brune tripotant ses cheveux et, quelques secondes après, boitilant, un asiatique couvert de sang séché.
Fernand descend de son trône, s'allume une cigarette et lance une bière à chacun.

"Bien, maintenant qu'on est entre nous, si vous voulez bien vous assoir à mon bureau..."

Derrière eux deux autres torches s'enflamment révèlant un grand bureau en bois massif et trois fauteuils confortables qui, il l'auraient juré, n'étaient pas là l'instant d'avant.
Les deux jeunes s'asseyent une expression résignée sur le visage.

"Vous êtes là, ça signifie qu'au fond de vous vous avez réalisé à quel point la situation a besoin d'être reprise en main: la ville est en ruine,un pouvoir immense est apparu entre les mains d'adolescents irresponsables, des société secrètes puissantes ont provoqué des évenements qui les dépassent et personne d'important ne semble s'en être rendu compte, donc je recrute."

Il se penche en avant en exhalant des volutes de fumée blanche et en croisant les doigts sous son menton. Il apparaît soudain bien plus redoutable que sa carrure ne le laisse supposer, ça doit être la lumière qui joue sur son visage ou bien les dizaines de cicatrices qui parcourent son torse.

"voilà ce que je vous offre, j'ai accès à de nombreux services, biens et contacts de toute sorte et je peux les mettre à votre disposition..."

L'asiatique semble méfiant mais la nana paraît intéressée avant tout, se calant dans le fauteuil en prenant un air assuré, elle semble flairer une embrouille.
"Evidemment dit comme ça ça paraît bien, mais il y a une contrepartie, non ? qu'est ce que vous voulez de nous ?"

Fernand discerne la lueure d'avidité qu'il recherchait dans son oeil. Avec son physique, son audace et son absence de scrupule, elle se révèle prométeuse. Pour l'asiatique, et bien, une recrue qui se pointe couverte de sang ne peut pas être completement dénué de valeure...
Fernand sourit.

"Pas grand chose finalement, nous formerons une sorte de société liée par une vision commune, je vous fourni ce que vous désirez et si par hasard il se trouve que j'ai besoin de vous je peux venir vous demander un service. Un peu comme les franc-maçons, en plus franc et en moins maçon...
-et si on refuse ?
-vous ne refuserez pas, vous êtes venu ici et vous y êtes resté après tout, non ? et puis croyez moi, le jeu en vaut la chandelle. Bon, je vous laisse réfléchir, je retourne sur mon trône. Si vous décidez de vous joindre à moi, venez poser la main sur le trône."

Fernand se lève et se dirige négligeamment vers son trône en leur tournant le dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Lun 1 Oct - 16:14

Mes talons claquent sur les dalles du Champion dans lequel je m'avance, Tokarev toujours en main. Tout d'abord collé contre ma joue moite, je laisse par la suite mon bras glisser le long de ma cuisse. Quelque peu stupéfaite, je venais de percevoir les flammes qui crépitait en plein milieu du supermarché, et comme attirée par le feu tel un éphémère trop imprudent, je m'avance lentement, me retrouvant quelques secondes plus tard en face d'un homme, torse nu, qui venait de me lancer une bière. Par reflexe, je l'attrape, écoutant les premiers mots de l'Inconnu.

Mon silence pour toute réponse, j'hésitais quelques instants avant de ranger discrètement mon arme sous ma veste en cuir dans laquelle je cuisais littéralement. L'oeil méfiant, c'est froidement que je toise l'homme qui nous proposait, à moi et à un ado' alpha, de nous assoir.
Aprés tout il est poli, il offre des bières gratos, je peux bien lui accorder quelques minutes de mon attention. "Au pire, si ca se corse, c'est avec une douille dans le crâne qu'on le retrouvera demain matin", me dis je en essayant de me rassurer. Il est certain que mon flingue m'apportait un sentiment de protection, mais ses effets de flammes et ce bureau qui sort de nul part, ca me foutait quelque peu les j'tons. Mais il était cependant hors de question que ma peur puisse se lire sur ma face que je gardais dés lors, de marbre.

Il prend alors la parole. Je l'écoute distraite tout d'abord, jusqu'à ce que les mots "offre", " nombreux services", "biens et contacts" ," mettre à votre disposition..." parviennent à mes oreilles. Léger sourire, je le dissimule cependant bien vite, flairant le plan foireux.

"Evidemment dit comme ça ça paraît bien, mais il y a une contrepartie, non ? qu'est ce que vous voulez de nous ?"

Il ne semblait pas être un rigolo, du moins pas en apparence, bien au contraire. Et c'est avide que je le fixe, mes billes verdâtres ancrées dans les siennes quelques peu dissimulées par les ronds de fumée grisâtres.
Il est vrai que c'était le bordel depuis quelques temps à Vierzon, et si ce gars là pouvait m'apporter, des réponses, du matos, et pas mal de bons plans, je serais sans aucun doute la première à me ralier à lui. Qui sait? Cette histoire pourrait se révéler trés alléchante.

- "Et si on refuse?"

Demandais je, froidement, avec ce même petit ton autain qui était sans nul doute, apparu aux cours de mes années à danser au Paradize.

Aprés ses derniers mots, il ne me fallut que quelques instants de reflexion pour venir poser ma main sur le trône du gars.

Eh? Qui sait... Ca pourrait être trés prometteur tout ça....
Revenir en haut Aller en bas
Anatole Kim-Seong
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28
Localisation : Vierzon

Feuille de personnage
Statut: 87/100
Devise: Personne n'est coupable dans le chaos
Age: 18

MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Lun 1 Oct - 17:38

Enfin tranquile, je vais pouvoir me réposer me disais-je en passant la porte de la pharmacie. En arrivant c'est avec un visage tendu la bouché bée que je lache les trois sabres que je venais de trouver pour m'aperçevoir avec effroi que je suis dans le "champion démoniaque". J'avais déjà donné la dedans et ça ne m'enchantais pas plus que ça d'y retourner, pourtant il y avait ce gars louche de tout à l'heure...

Je n'ai d'autre choix que de reprendre mes esprits lorsqu'une bière me fonce droit dessus, je l'attrape au vol d'un geste maladroit mais je l'attrape quand même. Avant même que Fernand ne commence son speech j'étais déjà en train d'ouvrir et de m'enfiler la bière, l'envie de finir en beauté cette journée de folies je suppose. Je bois sans cependant ne pas écouter, au contraire je suis assez intéressé parce ce qu'il raconte finalement si j'me suis tappé un morceau de viande zombi ambulant c'était pour en savoir plus sur ses dires incompréhensibles.

Je restais muet en affichant un air plus que méfiant, ok y'avait plein de gens étranges au Champion mais si le monstre qui m'avait refait le portrait devait avoir un lien avec un d'entre eux c'était assurément l'homme aux cicatrices. Finalement moi et la nana étions là pour être recruté à ce que j'eus compris. Je regardais les armes que je m'étais fait chier à aller chercher, juste à mes pieds et c'est avec un peu de déduction que je me dis que je ne pourrais pas tout prendre. Je place le tanto dans une des poches infinissables de mon baggy, tandis que j'attache sommairement le "katana" à ma ceinture, "sortez couvert" comme on dit.

La proposition du dit-gars était alléchante, pourtant je ne pouvais me résigner à l'accepter aussi facilement, ça sentait trop le traquenard. La demoiselle ne mit pas longtemps à se décider et à poser sa main sur le trône, au final c'était à premiere vu beaucoup de privilèges pour peu d'actions.

"Tsss... foutaises"

Je me lève du fauteuil et fais mine de partir dans le sens opposé. Bah, mon choix était déjà pris finalement depuis le moment où j'avais suivi ce mec dans le champion mais hors de question d'y aller franco du genre "rien ne s'est passé, c'est cool". Je reste statique et muet en fait c'est un courant de fleme mêlée à une certaine peur qui m'envahi. Et c'est finalement dans un long soupire exprimant beaucoup ce que je pensais de la situation que je me dirige vers le trône et y appose ma main dans un sourire affreusement hypocrite mais diantrement amusé.

"Je suis d'la partie !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fernand Légion
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 16/09/2007

Feuille de personnage
Statut: Fernand Légion
Devise: un coup de pied plutôt qu'un coup de main
Age: 17 à priori

MessageSujet: What iz a man ? *cling*   Jeu 4 Oct - 1:04

L'asiatique et la joli fille posent tour à tour la main sur le trone de pierre lisse comme du verre qui emmane une douce chaleur. Il leur semble l'entendre vibrer doucement comme un frigo. Applatissant leur paume sur le bras doux et tiède du siège avec un peu d'apréhension, ils semblent étonnés que rien ne se passe. Ils retirent leurs mains, la regardent, se regardent et se tournent vers Fernand qui leur répond à leurs regards intérogateurs par un sourire.
Fernand lève une main avec trois doigts tendus, puis il en replie un puis un deuxième.
Un bourdonnement sourd arrive progressivement aux oreilles des ados tandis que leur main est parcourue par une chaleure qui devient vite brûlure.
Fernand replie un dernier doigt. Le monde autour des deux ados semblent se désintégrer et le bourdonnement se fait assourdissant, les feux dégagent une lumière aveuglante mais tout cela est eclipsé par la douleur qui vient d'éclater dans leur main. Leurs jambes se dérobent sous eux et ils tombent à genoux. C'est là que la douleur s'estompe et qu'ils reprennent peu à peu leurs esprits. Devant eux maintenant les torches et le brasero sont éteints et Fernand se tient debout devant eux, il leur apparait maintenant légerement différent mais à bien y regarder c'est juste qu'ils le voient bien malgré l'obscurité totale.

"Ca y'est, vous êtes des miens. Vous voulez une bière ? ... non ? bon bah moi oui, vous savez pas ce que c'est vous, deux d'un coup ça déshydrate mais bon. (il prend une longue lampée de bière) haaa ! bon maintenant j'ai un truc ou deux à vous expliquer... heu au fait, ça me touche de vous voir agenouillés à mes pieds mais vous pouvez vous lever, vous êtes mes égaux maintenant, enfin oui et non mais quand même... ( il se vautre dans son fauteuil et allume un cigarillo) vous en voulez ? Bon bref, il se peut que dans mon infini bonté je vous ai refilé une ou deux capacités en gage de ma bonne volonté genre la vrai vision ou bien d'autre truc comme de faire votre un lieu ou bien de passer des pactes et ce genre de truc, maintenant sortez de là et allez créer des problèmes..."
Fernand à l'air crevé tout d'un coup, il exhale un long volute épais.

"Mais c'est par où qu'on sort ?" demande la nana en regardant encore sa main dont la paume est maintenant marquée par une espèce d'étoile à six branche.
Fernand fait un geste vague vers le couloir derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anatole Kim-Seong
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28
Localisation : Vierzon

Feuille de personnage
Statut: 87/100
Devise: Personne n'est coupable dans le chaos
Age: 18

MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Dim 7 Oct - 23:05

Je regarde tour à tour ma main encore fumante, la nana et le type devant moi sur le trône. Je dois dire que malgré l'obscurité il est vrai que ma vision avait été modifiée, et c'est dans un soupire que je me rend compte que malheuresement je ne peux toujours pas voir à travers les vêtements. D'un autre coté je suis soulagé de ne pas pouvoir le faire...

Bref le type en face nous pose des questions dont il ne veut pas les réponses où s'en doute au choix, effectivement je comprenais pas grand chose et j'aurais donc refusé mais quand même. Je captais franchement rien de la situation... de toute façon cette journée avait été étrange dans son intégralité. Nous sommes des siens, des tas de questions me venaient à l'esprit mais je sentais que soit notre hôte n'y répondrait pas soit je n'étais pas encore prêt à recevoir les réponses à ces dernières. Un air de mal-être s'afficha rapidement sur mon visage, chose que je tenta de dissimuler de mieux que je l'eus pu.

Finalement les seules recommandations - car vu mon problème relatif avec l'autorité je considérais cela plus comme des requêtes ou recommandations que des ordres - étaient de "créer des problèmes". ça par contre, ça me plaisait et ça me semblait dans mes cordes j'étais maintenant armé d'autre chose que de mon esprit acéré et ça allait être le dawa dans la ville. D'ailleurs la vie s'était telle stoppée pendant cet interlude ? Mes perceptions étaient modifiées, j'adoptais une nouvelle méthode de pensée, ce monde n'était plus ce qu'il paraissait être.

Donc foutre le bordel c'est mon truc et maintenant que c'est devenu une mission je prends ça très à coeur donc j'aimerais aussi savoir à qui j'ai affaire. C'est donc en regardant la direction qu'indique l'individu que je commence à m'engouffrer dans le couloir sombre, me retournant simplement pour annoncer à la demoiselle :

"Moi c'est Anatole, tu fais comme tu veux mais je pense qu'a deux on sera plus efficace pour provoquer un joli chaos dans cette ptite ville, non ?"

Cela accompagné d'un sourire, je n'attends pas vraiment la réponse que j'avance vers la sortie, de toute façon le choix est sien. Puis j'dois dire que j'ai du mal a tenir les demoiselles dans les yeux. Bref, ça va être beau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Champion à piller   Lun 8 Oct - 19:45

Lentement, je me relève, n'aimant que trés peu cette position face à un mec. Silencieuse, j'écoute d'une oreille distraite le gars, perdue dans des pensées qui se bousculent, pogottent dans mon crâne soudainement pris d'un mal. Les tripes quelque peu nouées par toutse remue ménage, c'est les lippes entrouvertes et le front suintant que je regarde ma main. J'y apprecois une étrange cicatrice, et les questions viennent de plus belle.
On est avec lui... On peut foutre la merde... Ouais, y a interet à avoir des avantages à la clef, parce que cette histoire sans tellement le coup fourré que la paye devra être conséquente.
Sourcils froncés, mine de nouveau froide, je matte le gars qui me parait encore plus étrange et lui demande par où on sort.
Ouais, maintenant on se casse de ce gigantesque foutoir. C'était décidemment trop zarb pour moi, et ma retionnalité à toute épreuve.
Je commençais à tracer, paumée dans mes nuages, lorsque le jeune asiat' m'adressa la parole. Je lui répondit en trifouillant dans ma poche de veston à la recherche de mon paquet sans aucun doute écrasé, et de clopes a peu prés potables :
- " Avec plais', à deux on risque de faire plus de bruits. Par contre, à part si t'a un meilleur moyen de transport, j't'e propose ma bécane. ".... " Sans plan de drague" rajoute t elle réprimant un sourire amusé à ces derniers mots. Sérieux.. pour qu'il s'était pris le petit minet?
Bref, elle le suit, le minois baissé, la bouche pourvue d'un marlboro qu'elle allume fébrilement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Champion à piller   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Champion à piller
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Champion d'Acajou
» Champion de Rivamar
» Champion de Voilaroc
» Tournoi Champion Eternel (Paris 14, Porte d'Orléans)
» Champion de Maillard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vraie Vie :: Les Archives De Nicolas Mertel :: Saison 1-
Sauter vers: