La Vraie Vie

On est jamais mieux servi que par soi même.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Cinema

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raoul Bisot
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/09/2007
Age : 30
Localisation : Vierzon Paris

Feuille de personnage
Statut: Volontaire
Devise: Choisi ce que tu veut amener avec toi, car chaque chose t'alourdi.
Age: 18 ans

MessageSujet: Le Cinema   Mer 12 Sep - 14:18

-Coutney, faut qu'on squatte le cinoche, tu eput t'en charger.
-Non...La petite voix de la blondinette était a craquer. J'ai peur des cinemas.
-Hein ?
-Il y fait toujours sombre, avec beaucoup de bruit,le sol est collant et pourtant, on a toujours l'impression que c'est vide.
-Bon...Eve viendra avec toi.
-Ca marche. On y fait quoi.
Raoul ne repondit pas tout de suite, il s'enfonca dans son fauteuil et sortit une pipe de sa veste. Finalement, tout en tassant son tabac, il reprit la parole.
-En fait tu va y aller avec Nico, et vous allez tout amenager pour pouvoir aller rapidement du camp au cinoche.
-Ok, et ensuite, on passe "Mon meilleur Ami" en boucle ?
-Non, on passe la Rose.
-C'est une idée d'Eve ca encore.
-Ouais.
-Ca me va. Tu sais où est Nicolas.
-La dernière fois que j'l'ai vu, il discutait avec 'Milie et Sophie.
-Ok. Ben on s'y met alors. A toute.
-A toute Courtney.
Alors qu'elle ressort de la tente, Raoul prend un derniere grosse latte et se laisse tomber dans le vide du fauteuil. Il atterit dans un grand lit, chez lui. Jenny dort deja.
-Zut...


Le cinema est immense, perdu au milieu des usines vides. D'autre refugiés se sont installés la, ni hostiles, ni partisan, et Courtney en connait meme quelques uns. Elle et Nicolas rentre dans le cinema, presque intacte, a part les affiche et les panneau qui ont tous disparu.
-Ca va être vite fait, dit Courtney. Tout en disant ca, elle sort deux collones de beton du sol, et les rejoint par une barre de beton toujours en haut, pour faire le cadre d'une porte. Du bout du doigt, elle le place dans l'encadrement de la porte du cinema.
-C'est vrai, mais le reveil va être douloureux demain. repond le grand Nicolas. Sa voix resonne dans le cinema vide. Courtney a un petit frisson.
-Tu voit, c'est ca que j'aime pas. C'est un lieu mort-vivant. La "porte" commence a se parsemer de couleur formant de joli motifs, reprenant les tons brun et bleu du parc en hiver. Nicolas a sortit un carte de Vierzon, et l'etudie avec attention.
-Raoul avait pas suprimé toutes les cartes.
-Non, il a supprimé les cartes des autres, ca, c'est la sienne.
-Oooh. T'en a pour combien de temps, les mecs devant ont l'air de se poser des questions.
-Dit leurs qu'on fait ca pour pas qu'il soit dérangés. Cette porte sert de passage directe vers le camp.
-Ah.
-De toute facon, j'en ai pas pour longtemps,va plutot installer la bobine dans le projo de la grande salle.
-Ok. Elle disparait pour apparaitre sur la rambarde au dessus de Nicolas. Elle rentre dans la cabine, sort la grande bobine de "sous" son manteau d'hiver et sans vraiment savoir comment faire, l'installe plutot facilement. Un petit test et ca marche. Elle redescend, par les escaliers.
-C'est bon pour moi.
-Parfait, c'est bon ici. Après toi. Dit Nicolas en se relevant. Il a installé un beau rideau vert sombre dans l'encadrement de la porte. Courtney passe la porte et manque de trebucher en faisant un pas dans le parc. Ca a marché, la porte donne en plein dans le parc. Nicolas arrive peu après elle.
-Bon, la porte retour maintenant. Il leve une main, et du sol sortent un tas de racines sales et sèches. Il faconne a son tour le cadre d'une porte.
-J'te laisse faire le lien. Tiens, v'la la carte.
-Tu me ramène un café s'teuplé ! demande t'elle gentiment.
-Tu le fais exprès, t'as qu'a t'en faire du café, grogne Nicolas. L'effort a du lui filer la migraine.
-Non, celui du gars la bas, Jeremy, il est bon, j'veut celui la. Et tu sais mieux que moi que j'peut pas avoir precisement celui la.
-Bon bon, j'te l'amene.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bandabruti.canalblog.com
Raoul Bisot
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/09/2007
Age : 30
Localisation : Vierzon Paris

Feuille de personnage
Statut: Volontaire
Devise: Choisi ce que tu veut amener avec toi, car chaque chose t'alourdi.
Age: 18 ans

MessageSujet: Re: Le Cinema   Sam 15 Sep - 0:30

La salle parait encore plus grande, et le vacarme ambiant de la foule renfonce cette impression de trop-plein. A peine poussiereux, surement un peu secoué par les evenement, le cinema tient bon et parait encore assez neuf.
Sur la scene, devant l'écran, un petit pupitre. Les gens continuent d'entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bandabruti.canalblog.com
Tabernak
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 06/09/2007
Age : 34
Localisation : Vignoux sur Barangeon

Feuille de personnage
Statut: Volontaire
Devise: Je me souviens...
Age: 20 ans

MessageSujet: Re: Le Cinema   Sam 15 Sep - 0:36

Je m'installe confortablement au quatrième rang, juste en façe du pupitre. Je remarque la tignasse bouclée de Gégé deux rangs en contrebas. J'allume une clope pour faire chier mon voisin qui parle trop fort. Mon mal de tête n'étant pas totalement disparu, je reste encore sensibles aux décibels superflus.

« On va peut-être enfin y voir un peu plus clair. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raoul Bisot
Meujeu
Meujeu
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/09/2007
Age : 30
Localisation : Vierzon Paris

Feuille de personnage
Statut: Volontaire
Devise: Choisi ce que tu veut amener avec toi, car chaque chose t'alourdi.
Age: 18 ans

MessageSujet: Re: Le Cinema   Dim 16 Sep - 13:56

Après un petit bout de temps, de moins en moins de gens rentrent. La salle est blindée, les gens sont assis sur les escaliers, ou debout. Il yt a surement plus de monde qu'au camp. Le coup de pub marche plutot bien. Quand la lumière s'éteint, le silence retombe. Il ne plane qu'un vague murmure et l'odeur du tabac. MLais alors qu'une grande blonde entre sur la "scene" d'un pas rapide, quelques applaudissement poli se transforme en ovation. Apparement, ils ont besoin d'une icone et elle vient d'entrée, elle s'apelle Eve Simis.
Elle passe derriere le pupitre, tapotte le micro et le silence se fait a nouveau. Sa voix est un peu cassée, mais possede une harmonie un peu envoutante.

"Bonjour a tous. Mon nom est Eve, et on m'as désigné pour vous preparez a ce que vous allez voir. Ce n'est pas choquant, ou violent, mais ce film est d'une rare qualité, et provoque souvent au trefond de ses spectateur des changement surprenant. Si vous ètes ici, aussi nombreux, c'est bien la preuve que nous vivons un moment fort de l'histoire. Et devant moi je vois le vrai monde, des gens, des enfants, des vieux, des gens de tout les horizons, de toutes les origines et des tous les milieux. Mais une chose vous a reunni ici, c'est la curiosité. A l'heure du travailler plus pour gagner plus, je vous propose d'en savoir plus pour faire plus. Si vous le voulez, le monde s'offre a vous."

Applaudissemnt rapide, mais le projecteur se met en marche tout de suite et coupe court a l'éclat.

"Le Sacre du Printemps" resonne dans le Cinema .Le titre "La Rose d'Airain" s'affiche avec un effet balayage qui achevait une fois pour toute d'implanter l'idée d'amateurisme dans l'esprit de tout le monde.Un homme, un peu plus âgé qu'eux, était assis sur une petite chaise, dans une salle que beaucoup reconnaissent comme une salle du lycée. la toute petite salle 404.
"Cette cassette est la preuve irréfutable que ce qu'on appelle Magie existe. Si vous ne désirez pas en voir plus, éteignez cette cassette...Bien, je vois que vous êtes parfaitement le genre de personne à qui cette cassette s'adresse. Vous avez confiance dans l’inconnu et partez sans a priori. C’est une bonne chose »

L'homme prend quelque chose par terre qui s'avére être un mouchoir, et, en parlant avec les mains, continue. Il semblait s’etre rapproché de la camera, mais était toujours assis. Le mouchoir qu’il tenait flottait mollement en suivant ses mouvements.
"Je peux vous assurer qu'il y a aucun trucage dans cette vidéo, mais je pense que vous le réaliserez par vous même bien assez tôt. Nous sommes le 17 mai 1983, je m’appelle Richard Ildebert.". Il lance le mouchoir en l'air et le pointa du doigt. Etrangement, le mouchoir reste en l'air, beaucoup plus longtemps que la loi de Newton l'autoriserait. Il était comme immobile en l’air, simplement flottant. Apres un court instant, une petite bande orange commence a apparaître sur un coté du mouchoir, face a la camera.
Le mouchoir commençait à se consumer dans un liseré de feu rougeoyant. L’homme regarde le mouchoir en fronçant les sourcils et l’objet s'enflamme subitement, ne laissant que quelque cendre fines flotter dans l’air. Le jeune homme s’était lévé, et personne ne l’avait vu faire, trop absorbé par la vision de ce mouchoir.
Tandis que la camera effectuait un zoom arrière histoire de voir Richard de la tête au pied, on decouvrait clairement la salle 404, flambante neuve.
"Bien. Je vous le redis, cette cassette est sans trucage, c’est un tourné monté, et aucune installation n’as été faite dans cette pièce Nous sommes deux lycéen et un professeur, et nous filmons celà pour garder une trace libre et anarchique de l’existence d’une forme simple de contrôle de la réalité par l’esprit humain.
-Ouais, et pour frimer aussi, lacha une voix étouffée derriere la camera. C’était une voix jeune, a peine mure et sifflante. Richard jeta un coup d’œil autour de lui.
Les rideaux se tirèrent subitement derrière lui et l'obscurité envahit la pièce . Cependant une violente lumière orangée éclairait la scène et Richard envoit la chaise se ranger dans le fond de la pièce d’un petit mouvement de la main, et effectue un mouvement du bras que personne ne compris vraiment... Les boutons de sa chemise rentrèrent dans le tissu tandis que le blanc immaculé de celle-ci virait au vert, les manches se raccourcissant, le tout se transformant en un T-shirt vert neuf. Que c’etait il vraiment passé ?
Le film continue. Un second mouvement bizarre du jeune homme, son pantalon prit a son tour feu, en bas des jambes, alors qu’il faisait apparaître trois balles multicolores comme on en vendait hors de prix au Printemps de Bourges, sorite de nulle part comme un quelquonque tour de passe passe, mais plutôt que de jongler avec, il les lanca au dessus de lui et elles commencèrent à tourner en orbite autour de sa tête. Les flammes de son pantalon montait de plus en plus, et les parties brulées se changeait en joli velours noir cotelé et brillant. Il continua ainsi ses tours tous plus flagrant les uns que les autres, il crashait du feu, changeait de couleur et de coupe de cheuveux, il soulevait des objets par la pensée, il sortit meme certain objet des murs, du sol, en métamorphosait d’autre. Il fit ainsi pendant bien une heure, mais personne ne vit le temps passer, trop subjugé par la video cheap et bavante du prodige. Plus qu’une vidéo, ces images étaient vraies,, la meme differnce qu’il y a entre un snuff et un film d’action : vous savez instinctivement, par le degout au fond de vous-même, discerner le vrai du faux, comme l’attentat du 11 septembre en semi direct, comme les video qu’on sait d’une importance capitale pour toute l’existence, le genre de film qui prend de l’interet seulement et uniquement si ce qu’elle montre est vrai. Après avoir fait apparaître et voler divers élément, s'être déplacé en volant gracieusement dans la pièce, l'avoir empli d'un fumée blanche qui se changea en bulle de savon en quelque seconde, il se plaça a genou devant la camera, très proche. Le jeune homme aprla gravement, et par-dessus ses épaule on pouvait voir un garcon en Tshirt sale ranger la piece, a la main, et se poser dos a la porte.

"Vous qui voyez cette vidéo, maintenant vous le savez, et vous ne pourrez vous le cacher.. Je ne vous invite qu'a une chose :
Essayez"
Ce dernier mot, aucun ne l'avait vu le prononcer, il l'avait tous entendu dans leur tête, et était parfaitement convaincu qu'aucun son n'avait été émis.Il en avait trop vu pour douter. L’image devint brusquement noire tandis que l’audio révélait un generique minable au bontempi, et des noms bidon se deroulait sur l’ecran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bandabruti.canalblog.com
Tabernak
Surhumain
Surhumain
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 06/09/2007
Age : 34
Localisation : Vignoux sur Barangeon

Feuille de personnage
Statut: Volontaire
Devise: Je me souviens...
Age: 20 ans

MessageSujet: Re: Le Cinema   Dim 16 Sep - 17:59

J'aurais vu ce film il n'y a que trois jours, je ne l'aurais pas pris au sérieux. Il existe tout un tas de trucages pour faire ce genre de tours de passe-passe. Et puis il est facile de dire que le film a été fait en 83 pour faire penser que de telles techniques de magie n'existaient pas encore à l'époque. Mais avec ce que j'ai vu et fait ces derniers temps, force est de constater l'évidence. Ce mec, Richard Ildebert, a fait cette cassette dans le but d'éveiller celui qui la verra. Mais alors pourquoi avoir attendu autant de temps ? 20 ans que la cassette existe et personne ne l'a jamais vu avant. D'autrepart, ce qu'Ildebert nous montre est un peu différent de ce que j'ai pu voir ici. Il prend du temps pour exécuter ses tours. Il y a toute un préparation, des incantations. Bref, ça ne ressemble pas à ce que nous appelons "Volonté" et qui permet tout et n'importe quoi par le simple fait de le vouloir. Tant de questions et encore si peu de réponses.

Le brouhaha ambiant me fait sortir de mon songe. Je me lève et me dirige alors vers la sortie de la salle. Dans le hall, je vois Raoul, le sourire jusqu'aux oreilles qui discute avec Eve et Nicolas, eux aussi l'air réjoui. Une nouvelle clope déjà allumé au bec, je sort sur la place et vais m'asseoir au doux soleil de fin d'hiver sur le dossier d'un des bancs qui se veulent design. Je repasse les images du film dans ma tête. On a pu voir au générique que le prof s'appelait Louis. Il existe peut-être des archives au lycée qui me permettraient de le retrouver. Lui ou l'un des élèves qui étaient avec lui pendant le tournage. Richard Ildebert et j'ai pas retenu le nom de l'autre. Si je veux des réponses, c'est forcément eux qui pourront me les donner. C'est décidé. Allons faire un tour à Vaillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Cinema   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Cinema
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La mort la plus lente de tout le cinéma : Sortez le pop-corn
» Les opposés s'attirent... [T'riss'Lara]
» ERA ( on peut pas faire sans eux ><)
» Histoires cochonnes ..(pour lecteur averti)
» Allons au cinéma ce soir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vraie Vie :: Les Archives De Nicolas Mertel :: Saison 1-
Sauter vers: